Libre, vivante, résistante…

Voilà, ça s’est passé comme ça…

4

Dimanche 11 Janvier 2015, 14H30,

Nous n’avons pu atteindre ni République, ni Nation, mais avons doucement progressé de Bastille à Richard Lenoir, pour nous retrouver sur les lieux de la tuerie de mercredi.

Première chapelle ardente, improvisée, là où est mort le policier, puis, à quelques mètres, celle dédiée aux tués de Charlie Hebdo (la rue pour y accéder étant coupée par une brigade policière.)
IMG_20150111_160158
Fleurs, bougies, dessins, messages, crayons, stylos…

Le recueillement était bouleversant… J’ai pleuré…

On a ensuite cheminé vers le Bd Voltaire, rejoignant le coeur du cortège.
Insolite, la foule applaudissait les cars de police et de CRS qui nous croisaient… Surréaliste mais très fort.

La synergie dégagée par ce rassemblement était unique ! Une vraie communion… C’était incroyable…

Historique.

Les mots me manquent car, depuis mercredi, comme vous, je suis encore sous le choc, mais, croyez-moi, ce que j’ai ressenti aujourd’hui, est encourageant humainement, pour la suite.

J’espère…

Vive la liberté !

Charlie1

Vous avez un nouveau message…

On dit que le rêve est un message que l’on s’envoie à soi-même.

Ginger Rogers in Finishing School (1934)

Soit.

Mes transes noctures -car très agitées- souvent, m’ apportent pas mal de courrier, et certains, des plus obscures…

Et, comme souvent, je lis mais ne déchiffre pas. 

Néanmoins, sans vouloir en appeler à Papa Freud-vieux compagnon de ces dernières années- il me semble que mon inconscient se fait farceur, notamment, en ramenant certaines personnes à mon « bon » souvenir, quand je pensais les avoir enfin rangées, dans le tiroir « passé ».

Voilà comment, cette nuit, je l’ai revu.

Personne aimée mais perdue… Il a fallu se quitter, quand tout nous reliait. Enfin, tout ! Non, sinon, on serait ensemble et, ces mots n’auraient pas lieu d’être.

Donc, il était là, devant moi… Et, moi dans ses bras… Mais au réveil, il n’y avait personne… Evidemment.

Et, me voilà, au petit matin, seule dans mes draps, à me demander, pourquoi a-t-il fallu qu’il vienne déranger ma jolie paix intérieure, toute neuve, toute belle ?

Lucide en état de veille, je sais qu’il ne reviendra pas. Que son choix a été fait, il y a plus d’un an, déjà. Ou, plutôt, qu’il a capitulé lâchement, sans lutte ni courage. Et, de retourner à sa niche domestique, honteux, en courbant l’échine.

Ma tête, le sait bien, que c’est mieux comme ça, mieux moi…

Ma tête oui, mon coeur, apparemment pas…

Heureusement, la vie est là. La nuit aussi, et avec elles, de nouvelles voies à venir, avec, peut-être, une nouvelle voix pour me dire ces mots-là…

I have a dream…

Lulu

 

Jour 1 – Résolution : 0 – Vie : A l’infini…

« Il  n’y a rien à chercher, il n’y a qu’à agrandir… »

C.1920s

Voilà la devise récente, que je chéris et qui guide chacun de mes pas.

Depuis,  ça va plutôt pas mal, merci !

« Il n’y a rien à chercher, il n’y a qu’à agrandir… »

Le réveillon d’hier fut géant …

Rencontres, partage, rire et chansons ! Insolite, surprenant, drôle et enrichissant, il suffit de bien peu,  pour que la magie opère.

Enfin, si, il faut quand même deux ou trois éléments principaux :

1- Une belle amie, un peu magicienne, qui sait toujours comment réunir des personnalités différentes, qui sauront s’accorder.
2- Des personnes à taille humaine, ouvertes et disponibles à l’inconnu.
3- Suivre le flux de la vie…

C’est tout…

« Il n’y a rien à chercher, il n’y a qu’à agrandir… »

Alors que doucement, ma vie se déploie, une petite flamme reparaît. Corps, âme, esprit, enfin alignés, sont en harmonie, pour me murmurer :

« Hè, n’oublie pas ce que tu as en toi…
– Mais je croyais que c’était derrière moi ?
– Non, le feu est toujours là… Ne cherche pas, ça reviendra… »

Alors, je ne cherche pas, mais je m’interroge et je m’inquiète presque…

La vie est là, heureusement, pour me rappeler « qu’il n’y a rien à chercher, il n’y a qu’à agrandir »…

Et, c’est ici et maintenant… Présente au présent…

Lulu

PS : Grazie mille to Ladies Night