La vraie vie et un peu plus… 71/72

Une femme à Paris


Ressource

photo 1
Cerise 1er- I
photo 2
Cerise 1er- II
photo 3
Cerise 1er -III

 

photo 4
La p’tite Zaza – I
photo 5
La p’tite Zaza – II

 

 

 

 

 

 

 

 

 

photo 6
La p’tite Zaza – III
photo 7
Réaménagement
photo 8
Nouvelle saison

 

 

 

To be continued

 

Ma chanson du jour :

(Flux et fièvre…)

La vraie vie et un peu plus…-69/70

Une femme à Paris…


Jeu-Ven

photo 1
Petit matin
photo 2
Chacun ses petits problèmes

 

 

 

 

photo 3
Cash-cache
photo 4
Well, well, well…
photo 1
Soudain, le sage au dessin…
photo 2
Cercle de respect et de fascination

 

 

 

 

 

photo 3
Sous sa plume, il trace, il sait, il connait le secret…

To be continued…

Ma chanson du jour : 

http://www.youtube.com/watch?v=LPn0KFlbqX8

(Le mystère est dans la plume)

La vraie vie et un peu plus…-66

Une femme à Paris…


C’est Lundi

photo 1
Métro
photo 2
Boulot
photo 3
Re-pause

 

 

photo 4
Retour… Jouer les prédatrices pour tromper l’ennui…

 

 

 

 

 

photo 1
Beau gosse
photo 2
Prestance
photo 3
Aîe ! Chemise froissée = célibataire inapte à prendre soin de lui tout seul. Rideau.
photo 4
pleine lune… fait plus jeune que son âge…

 

photo 1
Lune descendante… Fait son âge…

 

 

 

 

 

 

 

photo 2
Vieux gosse de plus de 35 ans… Dommage, car pas mal au demeurant…

To be continued…

Ma chanson du jour : 

http://www.youtube.com/watch?v=PIb6AZdTr-A

(Moi, si j’étais un homme…)

 

Behind the mirror – Vous avez un nouveau message

Edward Steichen. 1928
Edward Steichen. 1928

Quelques phrases ont suffi pour que la balle, la touche en plein cœur.

Autour d’elle, une foule aveugle. Mais elle, elle sait que c’est la source de vie et d’espoir qui a été visée. Elle sent déjà le sang couler, et tout son être basculer en arrière, sous le choc.

Elle se sent partir, quitter le monde. Elle ne voit plus personne, elle n’entend plus rien, elle glisse sous l’aspiration du souffle froid de la mort.

Elle laisse alors, son fantôme prendre les rênes. Il marche, il avance vers sa destination, prêt à écouter, parler, rire aussi, comme si de rien n’était. Mais, c’est elle, qui n’y est plus.

Quand enfin, elle rejoint son domicile, sans trop savoir comment, plus rien ne la retient. Elle se liquéfie.

Douloureuse et accablée, aucun son ne sort de sa bouche, alors qu’elle voudrait crier.

Le silence du néant, déjà…

Enfin, non, pas vraiment. Subsiste encore la question hurlante : « pourquoi’?

Pourquoi ? Mais, qui osera enfin lui répondre ? Et, quand ?…

Elle n’attend plus… Elle a été touchée en plein coeur…

(L.L)