Quand les mots manquent…

Joan Crawford and Robert Montgomery, 1930s « Ne t’inquiète pas, tout ira bien, je suis là... »

Quelques mots presque anodins, presque banales, qui portent en eux le pouvoir incroyable de sauver…

Incantation ordinaire qui, murmurée au creux du cœur, éradiqueront la peur. Même pour un jour, même pour une heure….

La peur irraisonnée, irraisonnable, déraisonnable, qui vrille tout sur son passage.

La peur qui gèle, la peur qui brûle, la peur qui gagne et qui tue.

 « Ne t’inquiète pas, tout ira bien, je suis là…« 

Mentir même, mais le dire. Sentir alors, le souffle de soulagement, les épaules retombées, un relâchement du corps et un apaisement de l’âme…

Y croire, même si ce n’est pas vrai, parce que les mots ont été dits, entendus et que c’est tout ce qu’on voulait…

Des mots caresses, des mots tendresses, des mots sourires, des mots plus forts que la peur et qui sèchent les larmes d’enfant, qu’on berce, en chantonnant…

« Ne t’inquiète pas, tout ira bien, je suis là…« 

Un seul être vous manque, et le monde est dépeuplé…

Ces quelques mots vous manquent, c’est une vie à réparer…

2T2L

https://www.youtube.com/watch?v=zfQfnjbUy8A

Perceuse de nuit…

Anita Louise and James Cagney in A Midsummer Night’s Dream (Max Reinhardt & William Dieterle, 1935)
Anita Louise and James Cagney in A Midsummer Night’s Dream (Max Reinhardt & William Dieterle, 1935)

Au Clair de la lune,

J’ai perdu mes mots,

Que tombe une plume,

Et perce mes maux,

Ma chandelle est morte,

Je n’ai plus de feu,

Que la vie m’emporte,

Vers de nouveaux cieux…

2T2L

(Dimanche 6 Avril 2014 – 02H30)