***C’est comme ça, lalalalalaaaa…

Résignation. fatalisme. Sentence définitive…Très peu pour moi.

Parce que tout est flux et rien n’est figé, je me rappelle ces mots sacrés entendus il y a peu…
« il y a temps pour vivre, un temps pour mourir,
Un temps pour rire, un temps pour pleurer… »

La douleur de la perte s’installe pour une durée indéterminée. Les larmes coulent et épuisent un corps et un cœur qui ont mal.

Et puis, au fond d’une énième insomnie, des mots, des paroles qui reviennent et qui décodent une tristesse collante.
Tiens, tiens… Et si…

Le réveil se fait plus clair, comme un fin faisceau lumineux qui perce l’épais brouillard qui me glace depuis des jours.

Tiens, tiens… Et si…

Il y a temps pour pleurer, il est passé.
Il y a temps pour se redresser, se recentrer, se retrouver, comme une belle amie qu’on aime, qu’on chérit et à qui on ne veut que du bien.

Replonger dans mes lectures édifiantes, me rappeler ce que j’aime chez moi, ce que j’aime vivre, ce qui me met en joie, ce qui me fait rire…

Consolider des ancrages déjà apparents et être…

J’ai aimé et j’aime encore, c’est vrai… Mais plus fort que tout, je suis, ici et maintenant alors comme disait Philippe Noiret :  » Le voyage est court. Essayons de le faire en première classe.  »

Depuis janvier, j’ai embarqué…

Publicités

Auteur : lucia lupa

SIGNE PARTICULIER : NEE FEMME

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s