*** En vrac !

74734482_p

L’avantage quand on a frôlé la mort, c’est que tout prend une valeur, une couleur, une saveur, une dimension, un parfum, un plaisir… décuplés et littéralement jouissifs ! Allégé d’un Ego dérisoire, on se décrasse l’âme et le corps et on fait fi des futilités parasites du quotidien, pour s’attacher à l’essentiel. C’est une chance finalement.

Le seul bémol, c’est que les émotions aussi prennent de l’ampleur et quand on n’est pas habitué, ça déstabilise. Dans ma première vie, j’étais comédienne. Le théâtre composait mon flux vital. J’adorais la scène. Jouer était un véritable exutoire pour moi, qui étais si peu douée à vivre la vraie vie.

Aujourd’hui, une page s’est tournée et je suis revenue à mes premières amours, écrire. Sans regrets, ni amertume, je vis à présent, des mots et j’en suis plus qu’heureuse. Problème, dorénavant, mes émotions m’habitent totalement, sans paravent ou dérivatif scénique. Et ça, c’est nouveau. Ces derniers temps, je vis donc des expériences et des relations inédites qui me troublent, m’enchantent ou me blessent.

Aucune ne me tue, mais toutes me surprennent et me bousculent. Si j’arrive à en canaliser la plus grande partie, restent celles qui touchent au cœur. Et là, autant le dire que je patauge ! Résultat : je suis en vrac ! Je fais de mon mieux pour rationnaliser et me raisonner mais elles sont tenaces. Et cette impression désagréable de me cogner en moi-même ! Pas bon tout ça !

Heureusement, ce mercredi j’avais rendez-vous avec ma psy. On se voit moins maintenant que je vais mieux, mais pour consolider ces progrès et cette ascension, il est nécessaire de poursuivre les séances. J’entre, lourde et sombre et je ressors légère et éclairée. Aucune magie ni aucun miracle, seulement la parole juste et un échange édifiant.

En quelques mots, ma psy m’a amenée à changer de point de vue. Parce que le secret- si tant est qu’il y en ait un – c’est celui-là. Tout est une question de point de vue. Et de me déclarer dans un sourire : « Oui, vous êtes peut-être en vrac, mais tout ça, c’est surtout de la vie ! Et vous vous en sortez plutôt bien. »

« Tout ça, c’est surtout de la vie ! » des mots lourds de sens quand il y a quelques mois, tout était surtout de la mort…

Mes émotions continuent leur festival et moi, je souris. Je vis.

Publicités