***… Ce sont les bad-boys que je préfère…

mcqueen11

D’aussi loin que je me souvienne, je n’ai jamais été attirée par les minets. Par minets, j’entends les beaux garçons, propres sur eux, gentils, peut-être, lisses sûrement, trop lisses certainement. Cela ne m’a pas empêchée d’en cotoyer de près quelques-uns mais l’ennui pointait vite alors je ne m’attardais pas. Il manquait un je-ne-sais-quoi propice aux frissons et à l’aventure.

En fait, j’ai toujours eu un faible pour les aspirités, les gueules cassées et les zones d’ombre. Je ne l’ai pas admis tout de suite. Marquée d’une histoire familiale compliquée, ma vision des hommes a été longtemps parasitée de peurs qui n’étaient pas les miennes, m’entraînant dans des situations scabreuses et autres relations toxiques.

Une fois tout ça dépassé, mes préférences ont pu éclater au grand jour et c’est sans conteste que je peux enfin affirmer que, oui, décidément, ce sont les bad boys que je préfère. Attention, je ne parle pas de brutes épaisses, violentes et dangereuses. Mes bad-boys à moi sont des hommes à la virilité assumée mais non exhibée, des casses-cou souvent rêveurs, originaux, solitaires, parfois sombres, souvent drôles et toujours joueurs et imprévisibles.

Mes bad-boys font rarement du mal à autrui sans jamais s’épargner eux-mêmes. La cuirasse est tannée par la vie et protège un coeur doux et sensible prompt à l’amour fou, du moins, à l’authentique. Pas de tiède ni de demi-mesure, entier, j’adore et j’adhère. Et d’en découvrir de toutes sortes et de tous milieux. Le bad boy en costume cravate existe, je l’ai rencontré…

Charmée très tôt par les Johnny de « Dirty Dancing », Dany de « Grease » et autres Clint Esatwood, Marlon Brando ou Steve Mc Queen, j’ai vite senti monter le frisson en moi et compris pour qui palpitait mon coeur et vibrait mon corps.

Qu’importe le flacon, pourvu qu’il y ai l’ivresse disait l’autre, oui, mais avec du cuir autour, moi, je préfère…

Publicités

Auteur : lucia lupa

SIGNE PARTICULIER : NEE FEMME

2 réflexions sur « ***… Ce sont les bad-boys que je préfère… »

  1. Un grand philosophe nommé Souchon disait : « J’veux du cuir… ! » ; )

    A contrario, je n’aime pas les « bad girls »… Par contre j’aime l’authentique, l’entier, la joie, l’amour, la féminité et une pointe de rebellion !

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s