156. Déshabillez-moi Ou D’une certaine mise à nu…

cropped-arletty2.jpg

(Arletty)

Faut-il être sans habits pour se sentir nu ?
Je m’interroge…

Au quotidien, l’habit fait le moine et le masque la grimace. Pourtant, parfois, il suffit de peu pour que le costume tombe, le personnage s’efface et qu’une vraie personne s’incarne.

Il ne s’agit pas d’un dessapage vulgaire et exhibitionniste,non ! Je parle là, d’un effeuillage délicat, lent, précautionneux qui nous fait retirer une couche, puis une autre, sans précipitation et sans violence. Je parle là, d’évocation, de découverte suggestive, de lever de voiles, en douceur…

Se mettre à nu pour jouer vrai, montrer sa vérité. Oublier les faux-semblants, tomber les paravents… Être et ne plus paraître…

C’est beau, c’est rare, c’est possible… Alors, vivre, ici et maintenant…

Publicités